01/10/2006

Baudelaire Charles Pierre

 Si un homme doit symboliser la réalité du spleen, c'est Baudelaire.
Le drame d'un homme dont le spleen n'est étranger ni à l'aliénation socio-historique du "mal du siècle" ni aux rêveuses divagations du "vague des passions".
La mélancolie, un sentiment haï ou chéri. Est-ce le résultat d'un déterminisme ou du fatalisme ?
Si on s'attarde quelque peu sur la vie de Baudelaire on constatera qu'entre la souffrance de l'enfant orphelin de père, la longue haine de l'adolescent pour sa mère, la solitude renfrognée de l'écolier qu'il était à Lyon, la dépravation du bohème syphilitique, l'infortune de l'amant aussi volage que trompé et l'amertume de l'écrivain incompris, il y avait peu de chance qu'il échappe au spleen paralysant, installer telle une infection virale ! Déterminisme !
Mais moi qui n'eus pas à subir pareil chaos, pourquoi le spleen est-il un squatter du premier jour ? Fatalisme ?
 
             
    
      Qui peut me répondre ?
 
Feuille d'automne
 
 
 
 

12:41 Écrit par Feuille d'automne dans pensées | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

et ce vent moi aussi j'aime l'idée

Écrit par : élise | 01/10/2006

Pour moi, le spleen ne vient pas d'une souffrance physique ou d'un statut social, il n'est pas non plus le fruit d'un déterminisme génétique, il est la réalité des supralucides, la conséquence des existentiels. Il n'est pas une fatalité mais le moteur de l'extravagance, de la créativité, de la rébellion. Il donne les ailes au désespoir ou à la fuite et nous transporte jusqu'au lendemain...Il est là en nous et donc avec nous, en dehors de tout compromis

Écrit par : Aicha | 29/01/2007

J'apprécie ton commentaire, ma chérie. Il est d'ailleurs, dans sa conclusion, en accord avec ma phrase d'introduction du blog.

Écrit par : Thierry | 29/01/2007

Plutôt une recherche d'absolu....marcher jusqu'à la perfection.....modeler sa vie et non se laisser dominer par les événements.....à la poursuite de ce que l'on nomme "bonheur " ?
Un beau voyage dans ton blog,au hasard des errances !

Écrit par : balaline | 30/01/2007

Les commentaires sont fermés.