25/02/2007

C'est pourtant simple......

no11[1]

Si je mets dix hommes sur une île déserte, la loi d'attraction va les rassembler en deux groupes, et la loi d'opposition leur inspirer des idées absolument contraires sur la façon d'organiser l'île. Si un groupe pense "nord", l'autre groupe, par réflexe immédiat, pensera "sud". Et ils commenceront à ramasser des cailloux pour se convaincre réciproquement en se les envoyant sur la figure. Si un des deux groupes se montre plus fort et absorbe l'autre, une force d'opposition va naître en lui, grandir et le couper de nouveau en deux ou en plusieurs morceaux. C'est la loi!
Ce n'est pas cela qui fait le malheur des hommes. Ils pourraient entre l'attraction et l'opposition, trouver un équilibre et vivre en paix, comme le soleil et les planètes. Ce qui les rend malheureux, c'est le bonheur. L'idée qu'ils s'en font, et de besoin de l'attraper. Ils s'imaginent qu'ils sont malheureux aujourd'hui, mais qu'ils pourront être heureux demain, s'ils adoptent certaine forme d'organisation. Chaque groupe a une idée d'organisation différente. Non seulement il se l'impose à lui-même, à grande souffrance, mais il cherche à l'imposer à l'autre groupe, qui n'en veut absolument pas, et qui essaie au contraire de lui faire avaler de force sa propre cuisine.
Et chaque individu croit qu'il sera heureux demain, s'il est plus riche, plus considéré, plus aimé, s'il change de partenaire sexuel, de voiture, de cravate ou de soutien-gorge. Chacun, chacune attend de l'avenir des conditions meilleures, qui lui permettront, enfin, d'atteindre le bonheur. Cette conviction, cette attente, ou le combat que l'homme mène pour un bonheur futur, l'empêchent d'être heureux aujourd'hui. Le bonheur de demain n'existe pas. Le bonheur, c'est tout de suite ou jamais. Ce n'est pas organiser, enrichir, dorer, capitonner la vie, mais savoir la goûter à tout instant. C'est la joie de vivre, quelles que soient l'organisation et les circonstances. C'est la joie de boire l'univers par tous ses sens, de goûter, sentir, entendre, le soleil et la pluie, le vent et le sang, l'air dans les poumons, le sein dans la main, l'outil dans le poing, dans l'oeil le ciel et la marguerite.
Si tu ne sais pas que tu es vivant, tout cela tourne autour de toi sans que tu y goûtes, la vie te traverse sans que tu retiennes rien des joies ininterrompues qu'elle t'offre.
(René Barjavel, Si j'étais Dieu..., p.66, Garnier)

 

C'est pourtant simple à comprendre, non ?

Digression légère :

Est-ce le progrès qui pousse à la consommation ou la consommation qui entraîne le progrès ?

Là, c'est déjà moins évident. Bon, je m'assieds (sur le sol), je me fais un thé (nature) et je réfléchis !

Euh.... Repassez dans quelques semaines, il y aura peut-être une ébauche de réponse !! :o)))

Feuille d'automne


18:56 Écrit par Feuille d'automne dans pensées | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Nous sommes fichés, code-barrés.....

45905__Code-Barre[1]

 
Le pouvoir n'est pas un moyen, il est une fin.
On n'établit pas une dictature pour sauvegarder une révolution.
On fait une révolution pour établir une dictature.
La persécution a pour objet la persécution.
La torture a pour objet la torture.
Le pouvoir a pour objet le pouvoir.
Georges Orwell, 1984 ( 1949 )
 
Les rues n'ont plus de recoins, plus d'angles morts.
Ca facilite les rapports de force.
Il n'y a plus d'amoureux, plus de bancs publics.
Nous sommes éternellement bronzés.
Notre vocabulaire est réduit à cinquante mots.
Bernard Lavilliers,  Big Brother ( 1977 )
 
Tout est écrit déjà !
Il n'est plus question de fiction ou de parano.
Nous avons souri à la lecture de ces visionnaires. Nous pensions être à l'abri, préoccupés que nous étions à entretenir notre sur-abondante consommation.
Notre destin est placé sous contrôle, désormais.
Cartes à puce, systèmes informatisés, empreinte digital, caméras , .....
Souriez, vous êtes fichés !!!
Feuille d'automne  

17:40 Écrit par Feuille d'automne dans pensées | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

 L'appel....

7540[1]

Le voyage au bout du comptoir
Au fond du verre, large miroir
Mémoire hagarde dans le couloir
Regrets et fêlures apparaissent
Dans la chaleur lourde, épaisse
D'une mousse morte de Guiness
Vivre la route, quitter les coulisses
Avant de sombrer dans l'abysse
L'envie de jouir encore de la vie
Plutôt que de la traiter en ennemie
J'entends l'horizon balancer son appel
C'est décidé, mon départ est sans appel
 
Feuille d' automne
 
 

 

16:41 Écrit par Feuille d'automne dans poésie | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

10/02/2007

Rêves....

Kollage[1]

 
Les rêves sont  extravagants. 
Epopées grandioses ou productions intimes, l'inspiration et les moyens sont sans limites.
Qui donc est le producteur ? 
Si les décors sont innombrables,  que penser alors du casting lorsque sur l'écran blanc de notre nuit déambulent des personnages parmi les plus singuliers.
Des êtres totalement inventés. D'où viennent-ils ? Qui sont-ils ?
Où s'en retournent-ils quand, dans l'aube naissante, défile le générique de fin ?
Il reste en nous bien des mystères à découvrir.....  
 
Feuille d'automne
 
 

08:42 Écrit par Feuille d'automne dans pensées | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

09/02/2007

Ecriture automatique....

images[7]

J'écris toujours sans préméditation.
Je m'installe au clavier et les doigts s'agitent, instinctivement. Aucun thème n'est réfléchi. Un mot arrive et d'autres suivent. Parfois un groupe, parfois une bande, parfois une cohorte.
Je suis souvent étonné, lorsque je passe en revue la colonie de phrases , de constater combien mes textes sont en inadéquation avec l'environnement moral du moment. Un peu comme si, de façon aléatoire ( ou pas !) l'inspiration trouvait ses sources dans la mémoire profonde, inconsciente, oubliée....
Souvent, le contexte phrastique est pessimiste, noir. Je suis pourtant quelqu'un d'ordinairement positif et enthousiaste.... L'écriture a-t-elle reçu une mission identique au rêve : purger et transformer le "trop plein" et le "vilain"? 
 
Feuille d'automne

18:20 Écrit par Feuille d'automne dans pensées | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

08/02/2007

 Délire délivrance....

souvenir[1]

Ensemble,
marcher sous la pluie
et prendre le thé à minuit
 dans l'étrange jardin de monsieur Lupin.
Observer sous la lune étrange 
le ballet des blancs feux follets.
Puis s'endormir dans la nuit
drapé d'une chaude brume.
 
Petits luxes providentiels,
la vie aime le superflu.....
 
Je me réveille dans un hôtel vide et froid.
L'absence atroce me pousse dans l'escalier.
 Sur mon smoking blanc, une tâche rouge s'affale.
Plus tu m'échappes et plus je meurs.
Le coeur en apné,
je plonge dans l'abîme et l'effroi.
Je sombre dans l'écho de ton amour.
 
La passion, sotte illusion.......
 
Feuille d'automne
 
 

16:32 Écrit par Feuille d'automne dans poésie | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

06/02/2007

Le spiritisme ? Une philosophie....

imamont[1]

 

L'assemblée constituait un véritable patchwork social, culturel, religieux.De mémoire il y avait : un physicien, un entrepreneur, une ménagère, un employé, un architecte, une vendeuse, une pharmacienne,...... Même si la majorité était catholique, je relevais la présence d'un protestant et d'un musulman.
Au-delà des évènements singuliers qui ont animé la séance, j'ai trouvé ces gens extrêmement humanistes, plein d'amour et certainement pas sectaires. Plus qu'une religion ou une croyance, je qualifierais le spiritisme de philosophie, un peu comparable dans ses dogmes au boudhisme.
Le principe est d'utiliser la puissance de l'esprit, seul ou collégialement, pour venir en aide aux vivants et aux esprits errants coincés entre "la terre et le ciel". Les "acteurs" principaux sont les médiums, véritables guichets ouverts sur l'autre monde. C'est par eux que passe la communication. Les techniques de réception diffèrent selon l'évolution de chacun : écriture automatique, incorporation, vision, ...... Le "directeur de l'agence" est le guide spirituel : il décide du début et de la fin des échanges. Il critique les messages reçus car il arrive parfois qu'il y ait confusion entre l'entité et le conscient/inconscient du médium. C'est aussi le guide qui intervient lorsque l'esprit se manifeste de trop violente façon ( j'ai été témoin d'une scène étonnante où la médium incorporée, un petit bout de femme de 50 kg, a retourné une table en chêne comme s'il s'agissait d'une fluette table de camping. ).
Les séances sont libres, chacun est le bienvenu pourvu que sa démarche soit libre, sincère et détachée. De toute façon, et c'est très étonnant,  les imposteurs ( les personnes qui viennent pour "rigoler" sans s'associer à la démarche spirituelle ) sont très vite répérés par les esprits. La leçon est telle que ces gens ne reviennent plus jamais..... 
A l'issue de la séance, il y a un tour de table et chacun peut alors débattre selon son ressenti, ses convictions, ...... J'ai osé avouer être un observateur bien plus qu'un participant. J'ai été salué pour ma franchise. Par la suite, et après bien des soirées, je suis entré en osmose avec le groupe. Il m'a alors été permis de comprendre certaines choses.....
En ce qui concerne les fonctions de l'esprit et ces choses abstraites que nous appellons l'instinct, le feeling, la prémonition..... Je suis convaincu que les spirites ont quelques longueurs d'avance sur la science, pour l'instant peu encline à reconnaître des faits pourtant clairement établis. 
Aujourd'hui, je poursuis seul mon évolution spirituelle, beaucoup plus riche qu'avant.....
Ah oui, très important, si un jour on vous propose une séance de spiritisme "sauvage": REFUSEZ ! Le danger est réel, croyez-moi ! 

 

Feuille d'automne   

   

20:21 Écrit par Feuille d'automne dans pensées | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |